Folles histoires d'entrepreneurs montpelliérains

L’Hérault a connu durant la deuxième partie du XXème siècle l’arrivée de deux
entrepreneurs devenus des personnages emblématiques. 

LE BLOG DE GUMP

Deux figures avec des parcours très différents, des caractères aussi très différents, mais qui ont un point commun : partir d’en bas pour gravir les échelons ! Si leurs noms parlent à la majorité de la population, leurs parcours sont parfois méconnus !

Celui qui revient de très loin : MOHED ALTRAD

Mohed Altrad, enfant du désert, né Bédouin en Syrie est sacré « entrepreneur mondial de
l’année » en 2015. Il est le premier français à obtenir une telle distinction. Après son bac, il a reçu une bourse pour aller étudier en France. Il n’avait pas de plan de carrière, mais l’envie d’entreprendre. Il obtient un doctorat en informatique.

A la suite de ça, il débute en tant qu’ingénieur, chez Alcatel puis Thomson. Il travaille ensuite pour une compagnie pétrolière nationale des Émirats Arabes Unis.

En 1985, après son retour en France, il rachète dans l’Hérault, une PME spécialisée dans les échafaudages. C’est le point de départ du groupe Altrad. Cet entrepreneur né dans une tribu nomade et orphelin très tôt, a su se hisser au sommet d’un empire d’une entreprise composée de 120 filiales, 42 000 employés présents dans 50 pays.

Le malin : LOUIS NICOLLIN

Dans sa jeunesse, Louis Nicollin travaille dans l’entreprise familiale de collecte de déchets, son père Marcel Nicollin ayant fondé le groupe Nicollin en 1945 à Saint-Fons. Édouard Herriot, maire de Lyon, mobilise des camions pour remédier à la crise des déchets. Parmi eux, celui de Marcel Nicollin, père de Louis. Au volant de son camion, il est interpellé par le maire.

L’échange se passe… et une semaine après, Nicollin obtient le marché des ordures de la Ville de Lyon ! 

Audace et persévérance permettent à l’entreprise de prendre son envol ! Le Groupe Nicollin emploie 6.500 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 370 millions d’euros en 2019. En 2020, il dépasse même la barre symbolique des 400M de chiffre d’affaires.

Alors, ces histoires folles vous inspirent ? On espère que cela vous donnera des idées !

Autres Articles